Les News

HOMMAGE A ALBERT BESSIS 1885-1972

05/10/2017 - Marc Fellous

Kippour a Tunis par Claude Sitbon

03/10/2017 - Marc Fellous

Albert Samama-Chikli

29/09/2017 - Marc Fellous

Base de données du cimetiere du Borgel

25/08/2017 - Marc Fellous

Musée du patrimoine judéo-tunisien,

26/07/2017 - Marc Fellous

LA NECROPOLE JUIVE DE GAMMARTH et Menora

25/07/2017 - Marc Fellous

LA NECROPOLE JUIVE DE GAMMARTH et Menora

25/07/2017 - Marc Fellous

LA NECROPOLE JUIVE DE GAMMARTH

25/07/2017 - Marc Fellous

Galerie
     

HOMMAGE A ALBERT BESSIS 1885-1972

ALBERT BESSIS 1885-1972




AICJT
Publié par Adminun Aicjt · 20 février ·

HOMMAGE A ALBERT BESSIS 1885-1972

Sophie Bessis

Né en Janvier 1885 à Tunis, Albert Bessis est le plus jeune des six enfants de Haï Bessis et de Meiha née Samaa Chikly. Son père Haï avait été envoyé très jeune en stage chez un commerçant d’Istanboul, alors capitale de l’empire ottoman, où il a fait fortune. De retour en Tunisie, après la promulgation en 1857 du Pacte Fondamental autorisant les Juifs à acquérir des terres, il se constitue un important patrimoine foncier, en particulier à Carthage.

Albert Bessis fait ses études au Lycée Carnot. Parmi ses meilleurs camarades, Elie Attal qui reste toute sa vie son collaborateur, Moncef El Okby, Jérôme Bodoy et Charles Saumagne. Il poursuit ses études de droit à Paris et soutient son doctorat « Essai sur la loi foncière Tunisienne », publié en 1912. Il rentre dé nitivement à Tunis en 1913 et se marie en 1914 avec Maria Pia Uzan.

Il entre à la Section tunisienne du Grand Conseil en 1934 et y siège sans discontinuer tant que dure cette insti- tution soit jusqu’en 1952, exception faite de la période de Vichy de 1940 à 1943, pendant laquelle elle est sus- pendue. Recherché par les Allemands au début de l’occupation en novembre 1942 et passé à la clandestinité sur le conseil de son ls Aldo, membre de la direction du Parti communiste, Albert Bessis est contraint de se cacher jusqu’à l’entrée des troupes alliées à Tunis en mai 1943. Pendant la période de Vichy, il s’est conduit selon plu- sieurs témoignages avec un très grand courage.

C’est à partir de mai 1943 qu’Albert Bessis commence à occuper une place politique importante aux côtés des personnalités les plus représentatives de la bourgeoisie musulmane. Il signe en octobre 1944 le premier manifeste réclamant aux autorités coloniales l’autonomie interne de la Régence de Tunis. En décembre 1945, il est réélu au Grand Conseil pour une législature de six ans. Bâtonnier de l’Ordre des Avocats, faisant office de conseiller privé de Lamine Bey, il est appelé à siéger à la «Commission des Quarante» réunissant, à l’exclusion des communistes, toutes les tendances politiques tunisiennes. Cette commission est convoquée le 1er août 1952 pour examiner le plan de réformes présenté par le gouvernement français. Albert Bessis en est l’un des quatre rapporteurs.

Après la déclaration de Pierre Mendès France à Carthage le 31 Juillet 1952 accordant l’autonomie interne à la Tunisie, Albert Bessis participe à titre d’expert à la délégation tunisienne chargée entre 1954 et 1955 de discuter à Paris le statut de l’autonomie tunisienne. Il entre au gouvernement du second ministère Ben Ammar formé le 18 Septembre 1955, après la signature des Conventions d’autonomie du 3 juin 1955, en tant que ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme.

Le 9 Avril 1956, quelques jours après la proclamation de l’indépendance, le ministère Ben Ammar est remplacé par un ministère néo-destourien présidé par Habib Bourguiba. Un autre ministre juif, André Barouch, membre du Néo-Destour, remplace Albert Bessis.

Albert Bessis est élu sur une liste officielle de candidats à l’Assemblée Constituante d’avril 1956 et la préside en tant que doyen d’âge mais il est aussitôt remplacé, pour cause officielle d’insuffisante maîtrise de la langue arabe, par le plus jeune des députés, Ahmed Ben Salah. Il est porté d’office sur les listes officielles de candidats à chaque législature et demeure député jusqu’en 1969, date à laquelle il se retire à sa demande.

Albert Bessis meurt le 25 Septembre 1972 à Tunis.

Jeudi 5 Octobre 2017
Lu 48 fois