Les News

HOMMAGE A ALBERT BESSIS 1885-1972

05/10/2017 - Marc Fellous

Kippour a Tunis par Claude Sitbon

03/10/2017 - Marc Fellous

Albert Samama-Chikli

29/09/2017 - Marc Fellous

Base de données du cimetiere du Borgel

25/08/2017 - Marc Fellous

Musée du patrimoine judéo-tunisien,

26/07/2017 - Marc Fellous

LA NECROPOLE JUIVE DE GAMMARTH et Menora

25/07/2017 - Marc Fellous

LA NECROPOLE JUIVE DE GAMMARTH et Menora

25/07/2017 - Marc Fellous

LA NECROPOLE JUIVE DE GAMMARTH

25/07/2017 - Marc Fellous

Galerie
     

LA NECROPOLE JUIVE DE GAMMARTH

Vestiges juifs en Tunisie de 1800 ans environ



PHOTOS DE LA NECROPOLE JUIVE DE GAMMARTH

Une simple recherche sur Internet montre l'existence de nombre de d'études, commentaires à propos de la nécropole juive de Gammarth, à commencer par le recueil du Révérend Père DELATTRE datant de la fin du XIXe (voir références ci-dessous). On trouve aussi quelques photos de décorations ou de sépultures qui ont été déplacées, mais pas de photos de la nécropole en tant que tel.

Voici donc en exclusivité quelques photos de la nécropole prise il y a quelques jours dans l'enceinte du cimetière militaire de Gammarth (vous reconnaitrez la représentation d'un chandelier à 7 branches sur une des parois).

Références:

http://bibnum.enc.sorbonne.fr/…/8cfe29b97fbb3993ff792a2e706…
Révérend Père DELATTRE

Article de Bernard ALLALI dans la Revue Arts et Traditions Populaires des Juifs de Tunisie, Paris 1994:
Trop peu connue du public, cette nécropole juive aux portes de Tunis est une des sources les plus précieuse pour la connaissance de l'histoire des juifs en Tunisie au début du premier millénaire. Située au sommet d'une des collines de Gammarth, au lieu-dit "Djebel Khaoui" (montagne creuse), la nécropole se trouvait hors de la vue des Carthaginois, et de la ville on ne pouvait apercevoir aucun tombeau. Le site est grandiose, il est aujourd'hui protégé et du haut de la colline on aperçoit sur la gauche Tunis au bord de son lac et à droite le village de Gammarth qui se cache dans la verdure.
La nécropole a été signalée pour la première fois par M. Fable en 1833 , elle a été ensuite mentionnée par M. Barth, puis fouillée par l'anglais Davis et MM. Beulé de Sainte Marie et d'Herisson. Bien que Davis fut le premier à mentionner en 1861 la présence d'un chandelier à sept branches dans une des hypogées, ce n'est qu'en 1888 que le Révérend Père Delattre explore ces tombes de Gammarth et confirme que ce sont des sépultures juives appartenant à l'époque romaine.
Il dénombre cent trois caveaux. De l'extérieur on aperçoit de nombreux trous, creusés dans la roche calcaire. L'entrée des hypogées, large de 0,90 mètres, était primitivement fermée par une dalle de pierre ou par un gros moellon ; on accède à l'intérieur par des escaliers qui donnent accès une chambre qui permet de découvrir entre quinze et dix-sept niches. Par un simple calcul on peut conclure que sur cette colline ont été enterrés il y a 1800 ans près de trois milles corps. Le Révérend Père Delattre nous décrit avec une grande précision l'ensemble des inscriptions relevées dans certaines hypog?es, dans son ouvrage publié en 1894 et intitulé:"Gammarth ou la nécropole juive de Carthage": sur l'une d'entre elles, peinte en rouge, on pouvait lire les mots : RVGVE IN PACE et accompagnant cette épitaphe on pouvait reconnaître un chandelier à sept branches. On a découvert aussi l'emplacement des sépultures, un morceau de marbre blanc, fragment d'une épitaphe hébraïque , conservant le seul mot "CHALOM" qui signifie paix. Mais la plus belle décoration funéraire rencontrée dans la nécropole est celle d'un caveau du Djebel-Saniat-Tsenira, dont nous donnons une reproduction du plafond et des parois latérales.
Ce plafond est décoré de quatre cadres rectangulaires et de deux cadres circulaires disposés symétriquement ; les sujets en relief qu'il renfermaient se sont détachés et ont disparu ; on distingue, entre les cadres, des génies ailés, tenant des guirlandes ou des draperies. Dans chaque angle, des palmettes donnent naissance à des branches de vigne qui se développent en rinceaux.
Entre le plafond et le sommet des niches régnait une frise représentant une scène de vendange. On distingue d'un côté des hommes portant des amphores de forme romaine et venant les ranger debout en ordre, de l'autre une femme debout près d'une cuve cerclée ; deux personnages se dirigent vers elle , l'un à pied , l'autre à cheval. Près de la porte, on voit deux autres cuves cerclées. Ces nécropoles juives de Gammarth sont conformes à ce que nous lisons dans la Bible concernant les sépultures des Israélites ; elles sont identiques aux nécropoles juives de Rome et de Jérusalem.

Mardi 25 Juillet 2017
Lu 77 fois