Les News

HOMMAGE A ALBERT BESSIS 1885-1972

05/10/2017 - Marc Fellous

Kippour a Tunis par Claude Sitbon

03/10/2017 - Marc Fellous

Albert Samama-Chikli

29/09/2017 - Marc Fellous

Base de données du cimetiere du Borgel

25/08/2017 - Marc Fellous

Musée du patrimoine judéo-tunisien,

26/07/2017 - Marc Fellous

LA NECROPOLE JUIVE DE GAMMARTH et Menora

25/07/2017 - Marc Fellous

LA NECROPOLE JUIVE DE GAMMARTH et Menora

25/07/2017 - Marc Fellous

LA NECROPOLE JUIVE DE GAMMARTH

25/07/2017 - Marc Fellous

Galerie
     

epitaphes au Borgel

LES EXCEPTIONNELLES EPITAPHES DU BORGEL




LES EXCEPTIONNELLES EPITAPHES DU BORGEL

Le cimetière renferme des milliers de tombes, remarquables par leurs épitaphes et élégies (poèmes lyriques exprimant une plainte douloureuse ou des sentiments mélancoliques) dont la diversité est une richesse et une spécificité du Borgel.
Les épitaphes dans ce cimetière sont écrites en judéo-arabe, en hébreu, en français, plus rarement en italien. Elles fournissent un certain nombre d’informations sur le défunt : nom, prénom, date de naissance et de décès bien sûr, mais elles renferment aussi souvent de magnifiques trésors de poésie comme nous pourrons le voir plus loin.
Tout en bas de la pierre sont gravées les cinq hébraïques lettres : ת.נ.צ.ו.ה. Ces cinq lettres dont nous avions fait une publication il y a de cela quelques semaines correspondent aux premières lettres de la phrase que nous pourrions traduire en français de la façon suivante : « Que son âme reste à jamais liée à la chaîne de la vie ». Voir ici en particulier la photo de la tombe de Nejma Fellous.

LE STYLE D'ECRITURE DES EPITAPHES

Les épitaphes écrites en judéo-arabe sont très poétiques et respectent un rythme qui leur est propre. Ces élégies sont écrites sous la forme d’acrostiche (poème ou strophe hérité de la poésie biblique dont les initiales de chaque vers, lues dans le sens vertical, composent un nom ou un mot-clé). Toutes les phrases se terminent par la même rime et les deux mêmes lettres donnant un rythme aux élégies, traditionnellement récitées par les pleureuses. Voir ici par exemple les 2 lettres אן se terminant en fin de chaque phrase dans l'épitaphe de Cheikh el Afrite.
On retrouve d’ailleurs cette forme de rédaction dans certains chants cantiques du Chabat, qui se terminent par le même mot ou la même lettre.

LE NOM DU DEFUNT

Une autre caractéristique unique, c’est l’écriture du nom du défunt tout au long du texte, et ce, à travers les premières lettres de chaque ligne. Ceci nous permet de lire le prénom et le nom du défunt verticalement, entre la première lettre de la première ligne et la première lettre de la dernière ligne. Voir l’épitaphe écrite sur la tombe de Silvia Sebag :
ש
ל
ב
י
ה
א
ס
בּ
א
ג

LA POESIE LITURGIQUE BIBLIQUE

Cette forme d’écriture se retrouve dans une certaine poésie liturgique hébraïque. L’alphabet hébreu dans l’ordre se retrouve dans la ligne verticale de certains poèmes bibliques. Voir le poème écrit en hébreu qui accompagne cette publication.

LA DECORATION DES EPITAPHES

Elles sont d’une grande richesse et reprennent des thèmes contemporains à la vie de chaque défunt. Sur l’épitaphe de Gammara Boulakia on peut observer :
- Une élégante décoration de tresse de feuillage,
- La branche brisée de la vie, un oiseau symbole de l’âme du défunt s’envolant vers le ciel,
- La Tulipe, emblème de l’empire ottoman,
- 2 coquillages en bas des épitaphes laissant libre cours aux interprétations : ils pourraient servir à abreuver les oiseaux ou pourraient jouer le rôle de lampe à huile, …

CONCLUSIONS

Derrière cette grande diversité liée à l’histoire des défunts, nous découvrons des règles d’écriture empruntées à la liturgie biblique très ancienne que les « scribes » de l’époque maitrisaient parfaitement.
On y trouve une abondante décoration représentant souvent des fleurs et des objets symbolisant la mort, mais aussi l’espoir d’un monde futur meilleur.
Toutes ces épitaphes témoignent de l’exceptionnelle richesse du patrimoine juif du Borgel. Il serait intéressant de comparer ces épitaphes, leurs élégies et leurs styles avec celles d’autres cimetières juifs de la méditerranée.

Sonia Ben Hadj Brahim, Marc Fellous, Jean-Michel Douieb

fellous_nejma_n_1.jpg Fellous Nejma N°1.JPG  (1.44 Mo)
chant_cantique_du_shabat.docx Chant Cantique du Shabat.docx  (294.55 Ko)


Vendredi 28 Avril 2017
Lu 68 fois