Les News

Albert Memmi nous dit adieu

24/05/2020 - Marc Fellous

Albert Memmi nous dit adieu

24/05/2020 - Marc Fellous

La Shoah au Borgel

21/04/2020 - Marc Fellous

René Trabelsi et Djerba

07/04/2020 - Marc Fellous

René Trabelsi et Djerba

07/04/2020 - Marc Fellous

Article n°297

07/04/2020 - Marc Fellous

René Trabelsi et Djerba

07/04/2020 - Marc Fellous

aujourdhui Tou Bichvat

10/02/2020 - Marc Fellous

Galerie
     

Edouard Benjamin Dana au memorial du Borgel

Edouard Benjamin Dana au Borgel



Bonjour,
En ce jour de Yom Hashoah, je vous envoie une biographie de Édouard Benjamin Dana dont le nom figure sur le mémorial des déportés au cimetière du Borgel.

Édouard Benjamin Dana est né le 16 juin 1917 à Tunis et fut élevé en orphelinat suite aux décès de ses parents. Il fait partie des très rares personnes qui furent déportés par les Nazis depuis la Tunisie. On en recense moins d’une centaine, pour la plupart non juifs, arrêtés par les français et livrés aux allemands. L'ensemble des détenus furent transférés en avion en Italie entre mars et avril 1943 puis repartis dans différentes prisons en Allemagne par le train

Avant la guerre Édouard était agent d’assurance chez Emile Fargeon, son cousin. Pendant la guerre Edouard était dans l’armée française ou la légion étrangère. Après 1940 Édouard s’engagea comme gendarme auxiliaire. Suite à l’entrée des nazi en Tunisie le 9 novembre 1942, Édouard a fait partie de la résistance, selon les versions, soit en diffusant des informations soit en ayant permis la destruction de marchandises allemandes.

Il fut arrêté à Tunis par les SOL (Service d'Ordre de la Légion) La mémoire familiale retient que ce fut après janvier 1943, puisqu’il a pu voir son fils unique Roland qui venait de naitre à Beausite. Les raisons de son arrestation ne sont pas raciales mais liées à ses actes de résistance. D’après des dossiers allemands, Edouard fut retenu à la maison du Prisonnier à Tunis, 12 rue d’Angleterre. Ensuite un document du 8 Avril 1943 mentionne qu’il est interné à la prison de Charlottenburg à Berlin réservée aux prisonniers politiques. C'est la même prison où furent internés les Chemla avant leur assassinat. Il fut ensuite hospitalisé pour un ulcère du duodénum du 2 au 16 juin 1943 à l'hôpital de Gestapo (staatskrankenhaus der polizei). On peut supposer que c’est pendant son hospitalisation qu’il fut constaté qu’il était circoncis donc juif. Il fut déporté à Auschwitz, le 24/08/43, transport 41 (avec un autre juif tunisien Isaac Assous, né le 5/8/1893) D’après l’enquête postérieure à la guerre, Édouard a été transféré à Varsovie pour y nettoyer les décombres du ghetto et y sera fusillé le 15/12/1943.

Sa veuve Lucia (Pia), née Amanou, reçu un permis d’exploration d’un débit de tabac (en face de la grande synagogue de Tunis), ce qui était à l’époque réservé aux veuves de guerre. Son fils unique Roland était pupille de la nation et passa ses premières années en orphelinat jusqu’à que sa mère puisse le reprendre avec elle. Roland devient un homme d’affaire international et établira avec son épouse Colette une famille de 5 enfants, dont l’aîné, suivant la tradition s’appelle Édouard

Mardi 21 Avril 2020
Lu 71 fois