Les News

Galerie
     

Motif Coquille St Jacque au Borgel et aux cimetieres en Alsace

Coquille St Jacque



Vers le milieu du 17ème siècle, l'art funéraire juif passe sans transition du moyen âge au baroque. En 1647, à Ettendorf, un tailleur de pierres sort d'un seul bloc de pierre une magnifique stèle de style baroque pour le Parnes, le préposé, Eliézer fils de Jacob. Les lettres hébraïques sont en relief. De part et d'autre de l'épitaphe, deux colonnes aux chapiteaux proto-ioniques assez déroutants supportent une immense coquille. La coquille, sans être un motif spécifiquement juif, était largement utilisée par les Juifs à l'époque byzantine (pavement de la synagogue à Bet-Shean). Il est remarquable que le premier motif "moderne" que l'on ait réussi à faire accepter aux Juifs les rattache à leur lointain passé. Ce modernisme ne fut pas unanimement admis. Dix ans après, en 1657, la famille de Samuel fils de Josué le Cohen choisit une stèle dans les anciennes traditions, proche des stèles du moyen âge. Mais, peu à peu, le baroque finit par s'imposer, et bien au-delà d'Ettendorf. Le motif de la coquille se retrouve à Jungholz, à Mackenheim, à Saverne, à peu près à la même époque. Puis les sculpteurs s'enhardissent. Ils proposent des motifs nouveaux et parviennent à les faire accepter.

Lundi 7 Janvier 2019
Lu 122 fois