Les News

Visite au Borgel en mai 1999

16/01/2019 - Marc Fellous

Coquille St Jacques Suite

07/01/2019 - Marc Fellous

Conseil d'administration novembre 2018

23/11/2018 - Marc Fellous

Sfax et Chebba

09/10/2018 - Marc Fellous

Sfax son cimetiere juillet 2018 et Chebba

09/10/2018 - Marc Fellous

Sfax son cimetiere juillet 2018 et Chebba

09/10/2018 - Marc Fellous

Article n°205

09/10/2018 - Marc Fellous

Galerie
     

Rites funéraires pratiqués à Djerba

Discussions avec des personnalités juives de Djerba, dont nous ne citons pas le nom par souci de discrétion, mais qui représentent une vraie mémoire des traditions juives ancestrales de Djerba.



Ils nous ont décrit des rites funéraires pratiqués à Djerba depuis des temps très éloignés et qui, aujourd’hui, pour des raisons pratiques, sont en train de disparaître.

Lors des décès, des scribes écrivent des élégies ou « kinot » sous forme de chants funéraires inspirés de poètes de l’époque andalouse. On peut citer à titre d’exemple Samuel ha-Naguid, qui s’est rendu célèbre par ses poèmes lyriques sur les plaisirs ou les chagrins de la vie.
Les « kinot » racontent les faits marquants, souvent particulièrement émouvants, de la vie du défunt et qui ont été mis à la connaissance du scribe par la famille du défunt. A ces faits sont ajoutés des références bibliques et talmudiques.

Les "pleureuses"

Nous avons également découvert le rôle important exercé par les « pleureuses » ou « mekonenot » qui ont la charge de réciter les « kinot ». Elles entourent le corps du défunt à la maison puis au cimetière. Le chant funéraire est entamé d’abord par une première pleureuse ayant des qualités de récitante puis est repris par toutes les autres. La première pleureuse doit réciter le chant funéraire avec une charge émotionnelle suffisamment forte pour faciliter les pleurs et lamentations à haute voix de toutes les autres pleureuses.

Les « kinot » orales ne sont pas toutes gravées sur la pierre tombale. En effet l’inscription d’une « kinah » par un marbrier, sous le contrôle du scribe qui l’a écrite, requiert un investissement financier qui n’était pas à la portée de toutes les familles.
Au cours de nos discussions, nous avons appris qu’une professeur de philosophie à l’Université de Bar Ilan, d’origine djerbienne, écrivait des poèmes en judéo-arabe inspirés des « kinot » sujet qu’elle connaît bien.

Rites funéraires pratiqués à Djerba
Cimetière de Tunis avec les pleureuses ou mekonenot.

Rites funéraires pratiqués à Djerba

Samedi 22 Janvier 2011
Lu 1463 fois